Archétype de l’agent immobilier “de Prestige” !

La Confrérie des détrousseurs ou l’art indigne de berner les étourneaux

  Article actualisé le 10 mars 2019

  Temps de lecture estimé : 11 min

‣ Illustration supra.: archétype de l’agent immobilier “de Prestige”

«.On est commercial dans l’âme ou pas, et vu l’argent qu’on peut se faire, pas question de lâcher notre part du gâteau.! Moi et mes collègues, y a d’ailleurs rien qui nous énerve plus qu’un proprio qui réussit à vendre sans cracher au bassinet. Et pour éviter que des petits malins passent à travers les mailles du filet, on a nos techniques pour éreinter ceux qui s'obstinent à vendre sans agence.:

  • Le “tsunami téléphonique” à des heures pas possibles (créneaux ciblés.: entre 6-8 heures du mat' et 22-23 heures, quand les gens sont à moitié dans le cirage), avec des questions provocantes qui foutent mal à l’aise (date et prix d’achat, motif de la vente, défauts majeurs du produit, de la copro’ ou du quartier…).;
  • Un max’ de faux rendez-vous, pour bien leur plomber le moral.;
  • Une flopée de copains, intéressés dans la combine, qui jouent à tour de rôle les acheteurs blasés ou hyper-désagréables, et qui débinent le produit à chaque pas pour terminer la visite par une offre d'achat au ras des pâquerettes.

En peu de temps, toute proposition devient bonne à prendre si on y met les formes.: mandat de vente exclusif pour être sûr de coincer le proprio, voire offre d’achat à peine moins pire que les autres. Et les rares fois où on rate notre coup, on a au moins la consolation d’avoir bien pourri la vente..» (Rires)

(Confidence, sous couvert d’anonymat, d’un négociateur du réseau ORPI)

🚨 Cet article conclut le chapitre intitulé Jusqu’à 20,5.% de commission… En quel honneur.?!

À

l’ère d’Internet et de l’information pervasive, où les sites d’annonces gratuites sont de plus en plus performants et offrent toute latitude aux particuliers de conclure leurs locations et ventes en direct, il est ahurissant que certains esprits grégaires persistent à engraisser des courtiers oiseux — reliques véreuses d’un autre âge, dont les commissions indécentes ne sont pas même garantes de prestations qualitatives —, et contribuent à faire ainsi flamber artificiellement les prix de l’immobilier.

Embusqué, le plus clair de son temps, au fond d’une échoppe franchisée, le séant rivé à un ample fauteuil en attendant le pigeon de passage, il faut être conscient du fait que le rôle d’un directeur d’agence immobilière consiste moins à satisfaire les desiderata de ses clients qu’à doper ses propres résultats financiers au forceps.

De manière à s’assurer la mainmise sur chaque transaction, ces vautours se complaisent d’ailleurs à embrouiller leurs clients, quitte à les fourvoyer en tenant des propos contradictoires, selon qu’ils s’adressent au vendeur ou bien au futur acquéreur — l’essentiel étant de conclure chaque vente à l’arrache et s’empresser de rafler son pourcentage.

C’est ainsi que la politique du chiffre primant la loyauté des “conseils” et “services” proposés par ces professionnels du fourvoiement, il ne sera guère tenu compte du budget ni des critères énoncés par tel candidat acquéreur, lequel sera systématiquement dirigé vers des biens plus onéreux faisant office de “faire valoir”, dans l’espoir de se débarrasser enfin du taudis invendable (car proportionnellement hors de prix) qui encombre depuis des lustres le portefeuille de l’agence.

S’abstenant d’ailleurs fréquemment de mentionner les vices cachés et nuisances diverses, le discours bien rodé et le sourire enjôleur du commercial de service achèveront de convaincre les naïfs qu’ils viennent d’acquérir la huitième merveille du monde.

Hélas.! Lors de la revente d’un pareil bien immobilier, les propriétaires ne manqueront pas de déchanter face au discours pervers du même agent commercial qui soulignera, sans rougir, chacun des défauts rédhibitoires dont il avait déjà connaissance, incitant de la sorte ses infortunées victimes à brader leur patrimoine, pourtant acquis au prix fort.

L’entremetteur immobilier ou comment avoir la certitude de se faire copieusement essorer deux fois.: la première, au moment de l’achat d’un bien, et la seconde… lors de sa revente.!

P

ire encore.: faisant fi des poursuites judiciaires dont sont passibles leurs stratagèmes dolosifs (cf. énième condamnation d’un agent immobilier pour abus de faiblesse), les agences excellent dans la coercition psychologique des personnes vulnérables ou trop crédules.; démarche visant à dénigrer le bien immobilier d’autrui pour mieux en minorer la valeur*à la tête du pigeon et (chiffre actualisé) jusqu'à -64.% en deçà des prix du marché, selon le faisceau de témoignages concordants portés à notre connaissance.!

De fait, bazarder les biens ordinaires et rafler presto sa commission au mépris de l’intérêt supérieur des clients ne représente ici que l’aspect alimentaire d’objectifs infiniment plus pernicieux. Car c’est après avoir bâfré comme trois gorets, et s’être constitué un trésor de guerre au détriment des naïfs, que l’agent immobilier peut enfin exprimer son plein potentiel.

Dès lors, ce sont les biens immobiliers d’exception, et surtout ceux aliénables à vil prix, qui excitent la convoitise de ces extorqueurs professionnels — que ce soit pour leur propre compte (acquisition anonyme via des sociétés civiles immobilières dont ils détiennent, directement ou indirectement, les parts sociales) ou bien celui d’acolytes, membres de leur réseau, constamment aux aguets et prompts à rendre des services similaires en retour —, permettant à cette clique grouillante, dont la perfidie et l’absence d’éthique tiennent lieu d’intelligence, de se forger un patrimoine immobilier aussi mirobolant qu’ignoble.

Jean-Baptiste GUITRY.: la droiture désincarnée... ou la garantie de brader votre patrimoine 20.% minimum en deçà des prix du marché (“estimation” JUNOT/KUPERFIS à l’appui).!

Au vu de telles prestations, il est éminemment appréciable qu’Internet et les réseaux sociaux aient désormais le pouvoir d’anéantir la notoriété usurpée sur laquelle spéculent de pareils individus, bientôt contraints d’admettre que la véritable richesse se mesure à l’aune d’une conduite honorable et d’une réputation intacte.!

* C’est ainsi que, dans son arrêt n° 11/03943 en date du 9 octobre 2012, la Cour d’appel de Nîmes souligne les stupéfiantes disparités affectant l’estimation d’un même bien immobilier par trois agences distinctes.:

«.Attendu que l’agence MERCURE IMMOBILIER estime le bien litigieux dans une fourchette de prix de 5.000.000.€ à 5.200.000..; que l’agence ERA FRANCE, à Aix-en-Provence, l’évalue entre 6.000.000.€ et 6.500.000..; que l’agence SOTHEBY’S, à Aix-en-Provence, l’évalue entre 7.500.000.€ et 8.000.000. [...].» — soit une dépréciation de TROIS MILLIONS D’EUROS, au détriment du propriétaire “conseillé” par l’agence MERCURE.!

À cet égard, il serait instructif de comparer — sur une période décennale et par rapport à la moyenne nationale — l’évolution patrimoniale insolente qu’affiche un agent immobilier ou un notaire.; leurs privilèges léonins les autorisant à s’immiscer au coeur de chaque transaction immobilière pour en tirer iniquement profit.

This is where the text for the front of your card should go. It's best to keep it short and sweet.

This is where the text for the back of your card should go.

  Un bonimenteur – Deux personnalités distinctes... aussi néfastes l’une que l’autre.

  • Depuis le krach de 2008, nous traversons une conjoncture économique épouvantable.;
  • Les acquéreurs solvables se font rares.;
  • Vous ne vendrez malheureusement jamais à ce prix-là.: il faut, au minimum, réduire vos prétentions de 20.%.;
  • Votre bien souffre de défauts rédhibitoires, sans parler du coût faramineux des travaux de rénovation et de mise aux normes.;
  • Le problème, c’est que votre appartement est situé au 1er étage (bruit, pollution accrue, faible luminosité…).;
  • Dommage que les membres du conseil syndical soient odieux et votent en dépit du bon sens.;
  • Vu le profil du quartier, il serait préférable d’organiser les visites en matinée.;
  • Etc.

* Quelques semaines après signature d’un mandat de vente extorqué sur la base de promesses chimériques, bien entendu.!

De toute manière, il serait vain de se bercer d’illusions.: les meilleures affaires ne se transmettent qu’entre initiés, et n’ont donc guère le temps d’échouer en agence.!

ARTICLES SIMILAIRES.:

Propriétaires : bientôt tous piégés ?

🔑 Affaires jugées (réservé aux membres Premium)

Le Morviau impromptu : FAVORY/PRAYSSAC

Cuvée 2016 : Élisabeth JULLIARD (épouse FAUVET)

Empoignade de gueuses pour un lopin de trottoir

Cuvée 2016 : Élisabeth JULLIARD (épouse FAUVET)

Empoignade de gueuses pour un lopin de trottoir

INFORMATIONS PERTINENTES PARTAGÉES = FAMILLE & AMIS PROTÉGÉS